<< retour article
Bienvenue sur le site de " " 
Les Parcs Nationaux en Equateur

Parc national du Cotopaxi
Localisé dans la province du Cotopaxi, a 70 Km de Quito, il couvre 33.400 hectares et comprend des aires de camping, des sentiers de randonnées et une infrastructure touristique minimum.La faune : Sur le Paramo et dans les forêts, on peut parfois voir des condors, des canards, des caracas caroonculés, des mouettes des Andes, des pigeons et des colibris. Quant aux mammifères, des lapins, des cerfs à queue blanche, des gazelles, des loups du paramo, des pumas, des ours, des renards et des belettes vivent dans cette zones.
La flore : Une grande partie du parc est occupée par des zones de paramo, où fleurissent des gentianes, des lycopodiums, des halmohadillas, des valérianes, des loricarias et des chuquiraguas.
Par ailleurs…le Cotopaxi est le plus haut volcans ACTIF du monde. Son sommet est couvert de neiges éternelles qui entourent son cratère ; plusieurs lacs et torrent, à flanc de montagne, sont des sites idéaux pour observer la faune et les oiseaux locaux. Désormais l'entrée de tous les parc nationaux est payante (même assez cher).

Parc national du Sangay

Ce parc de 271.000 hectares est localisé dans les provinces de Morona-Santiago et Chimborazo, à 280 Km de Quito. On y trouve des aires de camping et des possibilité de logement, de même qu'un infrastructure touristique minimum.
La faune : Tapirs, ours, chats sauvages, jaguars, loutres géantes, cerfs chiliens, gazelles, colibris des Andes, colibris géants (les plus grands du monde), condors, coqs de roche, canards, buses royales vivement dans ce parcs. Ses rivières et ses lacs abritent aussi une bonne variété d'animaux amphibies et de nombreuses espèces de poissons.
La flore : Huit zones de végétation différentes s'échelonnent : depuis la neige et les zones de montagnes jusqu'à la forêt subtropicales humide.
Par ailleurs…le Sangay étant un volcan actif, de récentes éruptions ont formé un relief particulier où des plantes uniques peuvent être observées. Deux autres volcans sont situés dans l'air du parc :l'Altar et le Tungurahua, qui est également actif ; ont peut effectuer leur ascencion.

Parc national de Machalilla

Le Parc National de Machalilla s'étend sur 55.000 hectares dans la province de Manabi, situé à 500 Km de Quito, le long du centre de la côte ouest, entre Manta et Salinas, possède une des plus grandes forêts tropicale sèche du monde. Sa végétation unique varie selon l'altitude ; devenant plus humide quand l'altitude augmente, pour devenir une forêt tropicale. Sa grande diversité est sur une petite surface est due à la localisation du parc, à la jonction du courant marin froid venant du nord dit Humboldt et le courant chaud venant du sud appelé El Niño.
La faune : Cette réserve est peuplé d'espèces tropicales, de primates carnivores (pacas, agoutis, singes, écureuils, fourmiliers paresseux…), d'oiseaux marins et terrestres (hérons, pélicans, mouettes, frégates, hiboux petits et grands…) ainsi que de nombreux reptiles, tortues de terre et de mer, serpents, lézards, poissons…
La flore : La végétation recouvre ici trois formes : forêt sèche et forêt très sèche. Les espèces végétales les plus intéressantes sont : cecropia, balsa, ficus, baume, palmiers, gaïac, cactus, vignes, kapok et fromager. Les paysages sont composés de magnifiques plages de sables blanc et gris, de steppes marines.
L'Isla de la Plata, partie intégrante du parc, est un sanctuaire marin de nombreuses espèces, comme les fous à pattes bleus, le fous à pattes rouges, la frégate, l'albatros…
La migration des baleines peut y être facilement observable entre les mois de juin et octobre. Les dauphins peuvent aussi y être observés.
Le Parc National de Machalilla offre également une grande diversité de culture : cultures Valdivia, culture Monteño.
La culture Monteño date de 1500 av. JC. Les adroits et habiles navigateurs Monteños commercialisaient le coquillage spondilus princeps le long de la côte pacifique de l'actuel Chili au territoire Maya au sud de Mexico.
Au sud du parc, se situe la culture Valdivia, une des plus anciennes cultures, datée entre 5000 et 3500 av. JC.
Les descendants de ces cultures marines dépendent toujours de la mer pour vivre ; ce sont d'excellents pêcheurs et marins. Ces habitants côtiers traditionalistes sont aussi célèbres pour leur préparation de poisson pêché le jour même.
La variété géographique unique du parc de Machalilla et son héritage culturel, font de l'Equateur une destination de plus en plus appréciée. Les 55.000 hectares du par sont facilement accessibles. Toutefois l'entrée du parc est payante (comme tous les autres parc).
Quelques villes sur la côte :
- Montecristi :Ville connue pour la fabrication du célèbre chapeau de panama.
- Pila : Juste à l'extérieur de Montecristi, cette ville est fameuse pour ses reproductions de trésors.
- Puerto Lopez : Ce petit village de pêcheurs est populaire pour son tourisme local, petits restaurants…
- Agua Blanca : Ce village appelé " eaux blanches ", en référence à une source sulfureuse, près de l'un des sites archéologiques les plus vieux d'Equateur : les ruines de Salangome. Des excavations peuvent être observées in situ et dans un petit site muséum.
- Los Frailes : Une petite baie isolée au sable blanc-gris, la plus jolie de la côte…
- Salango : Salango est le centre de la culture Manteño, et le siège du musée archéologique régional. Le musée est le legs de Norton Presley, un archéologue philanthropique.
- Isla de la Plata : Situé à environ 45Km de la côte, cette île de nombreuses espèces d'oiseaux, lions de mer etc. En d'autres termes c'est une réplique miniature de l'archipel des Galápagos.
- San Sebastian et El Pital : Partie de la forêt tropicale où les toucans partagent la canopée avec les singes et d'autres animaux endémiques.
- Punta Piqueros : Une plage magnifique au pied de la forêt sèche.
- Ayampe : Un lieu magnifique au pied de d'une petite rivière, où se mélange des espèces côtières dans la forêt tropicale.
- Los Ceibos : Les arbres verts Kapok dominent les grandes routes qui traversent la forêt et longent la côte. Leur apparence change avec les saisons, alternativement couvert de fleurs roses ou de " boules de coton ".
- La mer de Machalilla : Eaux claires, alignements de coraux, poissons tropicaux multicolores font de ces lieux une grande expérience
Parc national et réserve marine des Galapagos
Ce parc est localisé sur les îles Galapagos, dans l'océan Pacifique, à 1.000 Km des côtes équatoriennes. Le camping est interdit sur les îles de l'archipel afin de protéger leur fragile écosystème. La majorité des visiteurs circulent et logent sur les bateaux autorisés à emmener les touristes sur les îles et à proposer des tours organisés. Il est aussi possible de trouver hébergement dans les petits hôtels des îles de Santa Cruz et de San Christobal.
La faune : Elle est spectaculaire : tortues de terre géantes, iguanes marins et terrestres, lézards, pinson de Darwin, fous à pattes bleues, frégates, pingouins, flamants ; et pour les mammifères : otaries, dauphins, baleines et orques.
La flore : Elle est caractéristique de la végétation de la forêt tropicale sèche, avec une forte proportion de plantes endémiques comme les mangroves, les cactus et les arbustes. La flore notablement différente d'une île à l'autre. Les espèces révèlent une adaptation tout-à-fait particulière à l'environnement local.

Parc national des Yasuni

Situé dans la province du Napo ; la limite ouest de Yasuni n'est qu'à 300 Km de Quito. Le parc, qui comprend des aires de camping, s'étend sur 680.000 hectares.
La faune : L'intérêt de la faune de ce parc réside notamment dans les poissons : piranhas, poissons-chats et de nombreuses espèces ornementales. Les reptiles : anacondas, boas constructeurs, crocodiles, tortues et plusieurs animaux amphibies. Invertébrés et insectes, oiseaux, buses royales, harpies, tinamous géants, faucons, aigles pêcheurs, hérons royaux, aras et perroquets. Mammifères : dauphins, lamentins, tapirs, sangliers, singes et tatous géants.
La flore : On y trouve de nombreux types de végétation comme par exemple les plantes ripicoles, la forêt inondée ou varzea, de même que des forêts sur terre compacte, où d'intéressantes espèces végétales se succèdent sur les collines et les plateaux du parc : balsa, cecropia, palmiers, palmiers chonta, palmiers pambil, ficus, fromagers, capirona, arachides, canneliers, arbres du sang de dragon, jaracandas et de nombreuses plantes légumineuses.
Par ailleurs…les tribus indiennes Huarani vivent dans les bassins des fleuves Tiputini, Yasuni, Cononaco et Nashino, ainsi que sur les rives des lacs et des torrents navigables.

Parc national du Podocarpus

Situé dans les provinces de Loja et Zamora, le Podocarpus est à 700 Km de Quito et ses 146.200 hectares de terrain sont équipés d'une infrastructure minimum.
La faune : Elle est caractéristique de la sierra et très variée dans ses vastes forêts. Le monde des mammifères est représenté par les pumas, les ours à lunettes, les renards, loups du paramo et les cerfs, tandis que les hérons tigrés, les canards de torrent, les dindes, les coqs des roches, les toucans, les perroquets, les pics et les colibris représentent les monde des oiseaux.
La flore : Ce parc a été créé pour protéger la vaste population des deux espèces d'Angiospermes : le Podocarpus rospiglios et le Podocarpus oleifolius, espèces qui ont donné leur nom au parc. La majeure partie de la végétation est typique de la forêt humide basse de la montagne et c'est un endroit idéal pour observer les orchidées et les plantes sauvages.
Par ailleurs…plus de 100 lacs se sont formés ici grâce à d'anciens glaciers. Il y a aussi de nombreux torrents et cascades aux eaux cristallines. Des marches de plusieurs jours peuvent être organisées dans le parc afin de profiter de ses magnifiques paysages, de ses orchidées et de ses oiseaux.

Parc national de détente du Cajas

Localisé à 520 Km de Quito, dans la province de l'Azuay, le Cajas s'étend sur 28.800 hectares ; il est équipé d'une infrastructure minimum.
La faune : On y rencontre les oiseaux du paramo comme le toucan des hauteurs, le merle noir, le coq d'eau, le condor, le hibou, le canard…Les mammifères du paramo sont le loup, la gazelle, le puma, l'ours, le cerf et le lapin ; on trouve aussi, dans les lacs, des truites et des espèces locales de poisson.
La flore : la végétation du paramo s'étend sur des sols formés par la fonte des glaciers ; les espèces les plus remarquables sont la quinoa, la valériane, l'herbe du paramo, le romarin sauvage et la gentiane.
Par ailleurs…on compte 230 lacs glaciaires sur toute l'étendue du parc. Différentes formations géologiques et grottes complètent un paysage nuageux et froid.
Parc national de détente de El Boliche
Il est situé à 60 Km de Quito, dans la province du cotopaxi. Les 990 hectares d'El Boliche sont équipés d'une infrastructure touristique minimum.
La faune : Cette zone de détente a été créée pour réintroduire le cerf à queue blanche, programme qui obtient de bons résultats. La faune est ici similaire à celle du parc national du Cotopaxi, puisqu'il forme une constituante de ce parc.
La flore : la végétation du paramo et les pins importés d'Amérique du Nord prédominent ici. Le paysage est varié, formé de collines et de vallées, de torrents et d'endroits où l'on peut se reposer.
Par ailleurs…on y trouve des aires de camping et des possibilités de logements, des sentiers de randonnées et un centre administratif.

Réserve biologique de Limoncocha

A 370 Km de Quito, dans la province du Napo, cette réserve de 5.260 hectares est équipée d'une infrastructure touristique minimum.
La faune : 347 espèces d'oiseaux (tinamous, canards, hérons, faucons et hiboux, dindes, perruches et aras, hiboux et loriots) y sont recensées ainsi que de grands caïmans et des tortues, une grande variété de poissons et d'insectes, et pour les mammifères, des marsupiaux, des chauves-souris, des singes et des agoutis.
La flore : La végétations est typique des zones de varzea (forêt inondée), avec des plantes aquatiques et semi-aquatiques qui abritent une grande variété d'oiseaux. Des algues microscopiques donnent à l'eau une couleur jaune-vert et nourrissent une grande variété de poissons.
Par ailleurs…ce magnifique paysage de lacs, formé par l'ancien cours du fleuve Napo, abrite une communauté Quichua. Des promenades en canoë permettent d'observer la faune et les promenades à travers la forêt sont idéales pour découvrir la végétation de la jungle.

Réserve écologique des Mangroves Churute

Situé dans la province de Guyas, ce parc couvre 35.000 hectares et se trouve à 40 Km de Guayaquil. Bien qu'il existe une infrastructure touristique minimum, il n'est pas possible d'y passer la nuit.
La faune : Une promenade sur le lac fluvial est idéale pour observer les oiseaux aquatiques, et en particulier le canclon (crieur cornu) ainsi que les tortues ; dans la partie basse du parc, certaines aires sont habitées par des canards, des pigeons, des hérons et des pics ; des mammifères comme les singes hurleurs, les agoutis, les pacas, les fourmiliers et les blaireaux ; et des invertébrés comme les crevettes, les crabes et autres mollusques.
La flore : La végétation principale est constituée par les formations des mangroves. Des concentrations de lauriers, balsa, fromagers, chênes, guayacan et ébène peuvent également être observés dans les forêts sèches, où de nombreuses orchidées et broméliacées y croissent également.
Par ailleurs…des sentiers aménagés à travers les collines du parc permettent de jolies promenades ; le canoë est utilisé pour circuler au milieu des mangroves, où de nombreux oiseaux, invertébrés et autres animaux typiques de cet écosystème peuvent être admirés.

Territoire indien du Cuyabeno et réserve pour la production de la Faune

Situé dans la province de Sucumbios, à 320 Km de Quito, le Cuyabeno couvre 655.500 hectares et offre une infrastructure touristique minimum.
La faune : De grande quantité d'animaux aquatiques et terrestres y vivent et en particulier une riche population d'oiseaux : oiseaux-trompettes, aras, dindes, tinamous, hérons, harpies, aigles pêcheurs et buses royales. Sangliers, jaguars, ocelots, singes, loutres et lamantins sont les mammifères que l'on peut y rencontrer ; insectes, piranhas, serpents peuplent aussi cette réserve.
La flore : La forêt tropicale humide est hétérogène et complexe, avec une abondante végétation dans les marais et sur la terre sèche. Les espèces les plus intéressantes sont : le capirona, l'ivoire végétal, le palmier chonta, le chambira, les roses sauvages, la vigne et le macrolobium.
Par ailleurs…les promenades sur le fleuve Cuyabeno et Aguarico, très spectaculaire, mène le visiteur dans un univers de lacs, de marais et de marécages habités par les indiens Siona. Il est
obligatoire de visiter cette réserve avec un guide.

Réserve écologique de Cotacachi-Cayapas

Les 304.000 hectares de cette réserve sont situés dans la province d'Imbabura, à 140 Km de Quito. Elle offre une infrastructure touristique minimum.
La faune : La faune est variée, en raison de la grande étendue du par et de la variété de la végétation. On y rencontre des condors, des faucons, des tangaras, des fourmiliers, des paresseux, des ocelots, des ratons laveurs, des pacas, des tatous, des renards, des cerfs et des loups du paramo.
La flore : Diverses forme de végétation s'échelonnent depuis la forêt tropicale jusqu'au paramo. La végétation est très riche en espèces herbacées, arbustes et arbres, ainsi qu'en vignes et fougères.
Par ailleurs…une grande variété de paysages est offerte au promeneur : lacs volcaniques, torrents, fleuves aux rapides coupés de cascades. Les indiens Cayapa y vivent. Des randonnées avec guide peuvent durer jusqu'à huit jours. Certaines parties de ce parc sont inexploitées par le tourisme alors que très riches en faune et flore. Malheureusement l'homme a déjà commencé à y laisser son empreinte 

Réserve écologique de Cayambe-Coca

Localisé dans la province du Pichincha, à 96 Km de Quito, cette réserve couvre 370.700 hectares et propose une infrastructure touristique minimum.
La faune : Les oiseaux sont ici représentés par les condors, les caracaras et les faucons. Le loup du paramo, le coati, le renard, le lapin, le renard, l'ours à lunette, le cerf et le tatou vivent aussi dans cette réserve.
La flore : Des forêts primaires et de vastes étendues de paramo sont recouvertes d'herbe du paramo, de valérianes, de fougères et de lycopodium.
Par ailleurs…cette zone est dominée par le volcan enneigé du Cayambe, l'un des favoris des amateurs de montagne. Le lac San Marcos, entre autres, est un beau lieu où planter sa tente.

Réserve de production de la Faune du Chimborazo

58.500 hectares sont protégés dans la province du Chimborazo, à 175 Km de Quito, et sont équipés d'une infrastructure touristique minimum.
La faune : Depuis plusieurs années, un programme de réintroduction des vigognes et des lamas a été amorcé, en collaboration avec les communautés indiennes qui habitent ces zones de paramo. On y trouve aussi des colibris et des condors, ainsi que des loups, des pumas, des cerfs, des rats marsupiaux et lapins.
La flore : Le paramo domine le paysage. Le quinoa, plante sacrée des Incas, y pousse. Sa richesse en protéines en fait un élément important de l'alimentation des populations locales.
Par ailleurs…le Chimborazo, sommet le plus haut d'Equateur (6.310 m), est un volcan enneigé qui constitue une grande attraction pour les montagnards, ainsi que pour ceux qui apprécient les beaux paysages. Deux refuges permettent d'y passer la nuit, l'un à 4.800 mètres et l'autre à 5.000 mètres d'altitude.
Les parcs nationaux et réserves de l'Equateur sont des joyaux d'une grande beauté. Ils couvrent tous réunis de grandes parties du territoire, et l'on pourrait dire que l'Equateur est à lui seul une réserve !

L'entrée de tous les parcs est payante et parfois un peu chère, ce qui peut freiner les petits budgets ; souhaitons la bonne utilisation de cet argent pour préserver les véritables trésors du pays.

<< Retour